Algérie: l’armée veut accélérer le départ d’Abdelaziz Bouteflika

Au lendemain d’un communiqué annonçant la démission du président algérien Abdelaziz Bouteflika avant le 28 avril, l’armée demande ce mardi l’application immédiate de l’article 102 de la Constitution algérienne, qui lance le processus d’empêchement du président.

Nouveau rebondissement en Algérie au lendemain de l’annonce de la démission d’Abdelaziz Bouteflika avant le 28 avril. L’armée annonce que le communiqué de démission du président algérien émane « d’entités non constitutionnelles et non habilitées ».

Dans un communiqué, le chef d’état-major algérien déclare : « Nous estimons qu’il n’y a plus lieu de perdre davantage de temps et qu’il faut appliquer immédiatement la solution constitutionnelle proposée, à savoir la mise en application des articles 7, 8 et 102 et entamer le processus garantissant la gestion des affaires de l’Etat dans le cadre de la légitimité constitutionnelle. » L’article 102 est celui qui lance le processus d’empêchement du président.

Leïla Beratto

@LeilaBeratto

Si vous ne comprenez rien, la différence est dans le :
– “d’ici au 28 avril”
– “immédiate”. #Algérie

RFI

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *