Algérie : l’armée saisit des lance-missiles sol-air près de la frontière avec la Libye

L’armée algérienne a annoncé vendredi avoir “neutralisé”, la nuit précédente, à Guemar, dans la région d’El Oued, trois terroristes dont un avait rallié les groupes islamiques armés dès 1994.

missiles Hellfire air-sol AGA arme

L’opération qui s’est déroulée à une vingtaine de kilomètres de la frontière avec la Libye a permis, selon le communiqué du ministère algérien de la Défense, de récupérer un important lot d’armes,  notamment six systèmes de missiles anti-aériens « Stinger ». Le Stinger est un lance-missile sol-air utilisé pour abattre des hélicoptères ou des avions de combat à basse altitude.

Les armes de Khadafi ?

Les six systèmes pourraient provenir du stock d’armes récupérés par des groupes terroristes en Libye après la chute du régime du colonel Kadhafi en 2011. Selon Akram Kharief, journaliste algérien et spécialiste des questions de défense et de sécurité, « ces Stingers peuvent provenir des lots d’armes livrés par des pays du Golfe aux rebelles de Benghazi en 2011 ».

L’interception de cet arsenal renforce les craintes des autorités algériennes qui n’ont de cesse d’avertir contre le danger que les armes de Kadhafi ne tombent entre les mains des combattants d’AQMI, de Boko Haram ou de Daesh.

Sécurité renforcée autour des installations pétrolières et gazières

Depuis le début de l’année, l’Algérie a sensiblement renforcé le dispositif militaire autour de sa frontière avec la Libye, longue de quelque 980 km de long. Des centaines de postes de surveillance, appuyés par des unités d’élite, des gardes mobiles et des avions de reconnaissance, ont été dépêchés sur les lieux. La sécurité a également été renforcée autour des installations pétrolières et gazières, ainsi qu’à proximité des bases de vie d’In Amenas qui ont été la cible d’une attaque terroriste en janvier 2013.

Les localités d’El Oued sont particulièrement surveillées par les services de sécurité algériens pour éviter l’infiltration des djihadistes ou le départ de volontaires pour combattre en Syrie ou pour rejoindre les rangs de Daesh en Libye. La région de Guemar a défrayé la chronique en décembre 1991 lorsqu’un groupe terroriste, dirigé par un vétéran de la guerre d’Afghanistan, a mené une attaque contre un poste-frontalier de l’armée faisant plusieurs morts parmi les soldats du contingent.

Source: Jeune Afrique

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *