2019, « année de l’Afrique » pour les marchands d’armes russes

Devenu le deuxième plus gros producteur d’armement de la planète, la Russie intensifie son offensive sur le continent africain.

« Make Africa Safe ». C’est sous ce titre, en anglais et en russe, que Rosobonexport, l’agence russe d’exportation d’armes créée par un décret de Vladimir Poutine en novembre 2001, a annoncé sa participation du 22 au 24 janvier au Salon international sur la sécurité et la défense « Shield Africa 2019 » qui s’est tenu à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Une présence plus que symbolique, s’est réjoui dans un communiqué son directeur général, Alexandre Mikheiev, « car 2019 devrait devenir “l’année de l’Afrique” pour la coopération militaro-technique de la Russie ».

« Nous connaissons bien les besoins de nos partenaires et amis », poursuivait le patron de l’agence, en assurant « travailler avec succès » avec la Communauté de développement de l’Afrique australe et le G5 du Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad). « Je suis sûr, a-t-il ajouté, que les produits russes qui ont été testés en situation de combats réels correspondent à 100 % à l’objectif de faire de l’Afrique un territoire plus sûr. »

« Coopération globale »

Cette autopromotion, qui s’appuie délibérément sur l’intervention militaire russe en Syrie déclenchée en septembre 2015, a de quoi nourrir l’inquiétude des Occidentaux. Moscou, devenu le deuxième plus gros producteur d’armes au monde en détrônant le Royaume-Uni, ne cesse d’accroître sa présence sur le continent africain, en se positionnant clairement comme une alternative aux anciennes puissances coloniales.

Dès 2016, le chef du Kremlin avait, dans un document de politique extérieure, validé la stratégie : « La Russie élargira sa coopération avec les Etats africains sur une base bilatérale et multilatérale (…) en développant des relations économiques et commerciales mutuellement bénéfiques, en instaurant une coopération globale, et en contribuant à prévenir les conflits régionaux et les situations de crise ainsi que les règlements post-conflit en Afrique. » En octobre 2018, le ministère russe des affaires étrangères précisait : « Parallèlement à la coopération politique, commerciale et humanitaire, la Fédération de Russie fournit une assistance multiforme aux partenaires africains pour la résolution des conflits internes, et la lutte contre la menace terroriste, dont la propagation s’est intensifiée après les événements bien connus en Libye. »

« Une attention particulière, soulignait encore la diplomatie russe, est accordée à la création d’unités prêtes au combat susceptibles de lutter efficacement contre les terroristes dans de nombreuses régions d’Afrique (…) dans le strict respect des règles internationales. » En mars 2018, le ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov, secondé par Nikolaï Patrouchev, président du Conseil de sécurité nationale russe, avait lui-même porté ce message lors d’une vaste tournée sur le continent.

Protectrice de Bachar Al-Assad, la Russie offre ainsi son assistance aux dirigeants africains avec l’argument identique de « lutte contre le terrorisme ». Renouant des relations historiques établies à l’époque soviétique mais tombées quelque peu en désuétude, plusieurs chefs d’Etat africains ont déjà pris le chemin de Moscou. Première visite du soudanais Omar Al-Bachir, en novembre 2017, du président centrafricain Faustin Archange Touadéra en mai 2018, du Rwandais Paul Kagamé en juin, du Sénégalais Macky Sall en juillet ou encore, au début de cette année, du Zimbabwéen Emmerson Mnangagwa… Le 29 janvier, le ministre des affaires étrangères de Sierra Leone est attendu à son tour, pour, selon son homologue russe, « discuter de la situation sur le continent africain, y compris de la résolution des conflits armés ».

Lignes de crédit et annulation de dette

Le brusque déploiement militaro-diplomatique des Russes en République centrafricaine, qui a fini par attirer l’attention des Occidentaux, ne se limite donc pas à ce pays. Il s’accompagne en parallèle de l’arrivée de mercenaires russes, connus sous le nom générique de « Wagner », dirigés par un proche de M. Poutine, Evgueni Prigojine, un personnage sulfureux mis en cause dans l’ingérence russe aux Etats-Unis à travers ses « usines à trolls ». Ce dernier était encore récemment présent au côté du ministre de la défense russe, Sergueï Choïgou, lors de pourparlers avec une délégation libyenne.

« Ce n’est pas vraiment l’armée mais des supplétifs qui agissent sous l’autorité d’un monsieur qui s’appelle Prigojine. S’il m’entend, qu’il sache qu’on le connaît bien ! », a lancé, mercredi 24 janvier le ministre de la défense français Jean-Yves Le Drian, lors d’une audition devant le Sénat, en pointant du doigt « une rhétorique anti-française » en Centrafrique depuis l’arrivée des Russes.

Le même jour, à Moscou, le ministère russe des affaires étrangères confirmait la présence de sociétés russes de sécurité privées au Soudan cette fois, où des manifestations quasi quotidiennes ont lieu depuis des semaines. « Selon nos informations, des représentants de sociétés russes de sécurité privée opèrent au Soudan, mais elles n’ont rien à voir avec l’armée », a déclaré sa porte-parole Maria Zakharova. « Leur tâche se limite à la formation du personnel des forces armées et des forces de l’ordre de la République du Soudan », a-t-elle ajouté, en rejetant toutefois l’idée qu’ils agiraient pour endiguer la contestation.

L’armement, souvent proposé à des tarifs bas et avec des lignes de crédit longues comme le bras, est le principal atout de la Russie qui lui permet de mettre un pied dans la diplomatie. Il y a un an, Moscou a ainsi décidé d’annuler 20 milliards de dollars (17,63 milliards d’euros) de dettes de plusieurs pays africains. Pour d’autres, il est tout simplement proposé un troc, une annulation contre des investissements dans l’énergie, les ressources naturelles, voire l’agriculture. Un premier forum économique russo-africain est annoncé pour octobre à Sotchi, la capitale diplomatique de Vladimir Poutine sur les bords de la mer Noire.

Isabelle Mandraud (Moscou, correspondante)

SourceLe monde

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *